Prix du livre politique 2012

Pour la deuxième année consécutive le Prix du livre politique a été remis durant la foire du livre politique 2012 ce dimanche 7 octobre 2012.

Le lauréat 2012 est Jean-Michel Corre pour son ouvrage paru aux Éditions Couleur Livres « L’Islam au cœur de nos villes ».

Ce prix récompense un ouvrage d’expression française et de vulgarisation qui favorise l’analyse et la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux contemporains.

Jury 2012

Cette année le jury était composé de :

- Bénédicte HEINDRICHS (Conseillère communale ECOLO) ;

- Hassan BOUSETTA (Sénateur et conseiller communal PS) ;

- Anne DELVAUX (Députée européenne cdH) ;

- Fabian CULOT (Conseiller communal et provincial MR) ;

- Françoise BONIVERT (Journaliste RTC Télé Liège – asbl) ;

- Michel GRETRY (Journaliste RTBF Liège) ;

- Olivier LEBUSSY (Journaliste de La Libre Belgique) ;

- Bernard DEMONTY (Journaliste du Soir) ;

- François DELVAUX (Rédacteur en chef du Journal de la foire)

Sélection officielle 2012

Cette sélection couvrait tous les ouvrages publiés entre le 1er juillet 2011 et le 1er juillet 2012, date à laquelle tous les manuscrits sont envoyés au jury. Cinq ouvrages avaient été sélectionnés cette année :

Éditions Couleur Livres « L’Islam au cœur de nos villes » de Jean-Michel Corre

Éditions Couleur Livres « Changez tout » de Bernard Wesphael

Éditions Luc Pire « De la ville aux bassins de vie » de Paul Furlan

Édition Aden « La finance imaginaire » de Geoffrey Geuens

Éditions Espace de libertés « Gêneurs de survivants ! » de Dominique Célis

Lauréat 2012

Après délibération le jury a décidé d’attribuer le Prix du livre politique 2012 à l’ouvrage de Jean-Michel Corre : « L’Islam au cœur de nos villes », paru aux éditions Couleur Livres.

Ce livre se penche sur la question de la présence croissante d’une population musulmane d’origine immigrée en Belgique, citoyenne à plus de 80 %, appelée à devenir majoritaire à Bruxelles et de plus en plus importante dans la plupart des villes belges.

Pour éviter les peurs irraisonnées, sans se cacher l’importance des problèmes, l’auteur parcourt les projections démographiques, la sociologie des populations concernées et la tentation d’un Islam identitaire qui remettrait en cause les acquis des droits et des valeurs citoyennes de la société belge.

Il analyse les courants de pensée musulmane – des plus modernes aux plus conservateurs – ainsi que les courants islamistes présents dans nos sociétés occidentales. Pour éviter l’islamophobie, il réhabilite la possibilité d’un Islam aux valeurs compatibles avec un vivre-ensemble européen et démocratique.

L’auteur

Jean-Michel CORRE est diplômé en sciences politiques, en droit et en administration publique (ENA). Après une longue carrière à la Commission européenne centrée sur les relations économiques internationales, il se consacre à l’étude des religions qu’il a côtoyées dès son enfance tunisoise. Il a obtenu en 2007 le certificat de sciences
religieuses islamiques déliré par le CISMOC et l’Université Catholique de Louvain. Son mémoire sur « La réforme en Islam » a été accepté avec distinction.

Il a également publié « Le voile et la femme en Islam » aux éditions Couleur Livres en 2010.

L’avis du jury :

Est-il « Dieu possible » de parler sereinement de l’immigration musulmane ?

C’est la mission casse-cou à laquelle s’est attelé Jean Michel Corre, et, avec « L’islam au cœur de nos villes », il atteint incontestablement l’objectif.

Quasiment inconnu dans le microcosme des spécialistes médiatiques de l’intégration, l’auteur, politologue, juriste, est diplômé en sciences religieuses.

C’est parce qu’il superpose des approches diverses et multiples, parce qu’il sait changer d’angles de vue et de focales pour observer le phénomène dans ses différentes dimensions que son analyse gagne en pertinence.

Il étudie, historiquement, sociologiquement, les nuances, et plus que les nuances, entre les courants ethniques ou théologiques de la foi des musulmans, avec leurs divergences et leurs convergences. Alors, forcément, les parcours d’intégration ne se réduisent pas à une ligne à suivre.

Cet ouvrage a, en outre, l’intelligence de se nourrir, de manière particulièrement pointue, à la littérature des chercheurs et des universitaires les plus avisés. Mais ce n’est pas une somme: c’est un texte bref, et clair. Les jurés ont particulièrement apprécié la façon dont Jean Michel Corre recadre le débat sur les accommodements raisonnables, une notion, au départ, québécoise, dont quelques islamophobes se sont saisis pour en détourner le sens et la portée, mais qui, resituée dans le contexte du droit anglo-saxons (où il s’agit de décisions individuelles qui s’imposent et jamais de jurisprudence), devient  une clef d’une barrière qui ouvre un chemin vers le vivre ensemble.

Car, ce qui ne gâche rien, ces cent septante pages se terminent par un chapitre de propositions. Certes, elles ne suscitent pas toutes une adhésion unanime. Mais elles ont le mérite d’exister, de lancer, ou plutôt relancer, le débat sur des bases réfléchies, intelligentes.

Il est urgent que tous les élus du scrutin communal, et que tous les mandataires politiques, lisent « L’islam au cœur de nos villes », et surtout, qu’ils en prennent de la graine !

Le commentaires sont fermés.