Prix du livre politique 2011

Le prix du livre politique a été remis à Damien Millet et Eric Toussaint pour leur ouvrage collectif « La dette ou la vie » publié chez Aden en co-édition avec le CADTM.

Composé de Françoise Bonivert (Journaliste RTC Télé Liège), de Michel Gretry (Journaliste RTBF Liège), de Michel De Lamotte (Député wallon cdH), d’Olivier Le Bussy (Journaliste de La Libre Belgique), de Hassan Bousetta (Sénateur et Conseiller communal Liège PS), de François Delvaux (Rédacteur du Journal de la foire) et de Fabrice Dreze (Président national des jeunes MR), le jury a justifié son choix en ses termes :

« La dette ou la vie », c’est d’abord un formidable renversement de perspective. Le discours tiersmondiste sur l’étranglement financier des pays de l’hémisphère sud est un classique de la littérature de gauche, mais, ici, c’est de la dette du nord qu’il s’agit. Les Grecs, les Islandais, les Polonais, les Hongrois ont pu, depuis la crise des subprimes, découvrir, au quotidien, les « ajustements structurels » dictés par le Fonds Monétaire International. C’est, d’après les auteurs, la même religion du marché et de l’austérité qui sévit. « La dette ou la vie », c’est du lourd, c’est du costaud, c’est une démonstration.

Au-delà de la vertigineuse spirale des chiffres, c’est surtout une réflexion sur le côté odieux de l’argent emprunté : dans les années soixante ou septante, dans les pays en voie de développement, pour asseoir des dictatures, ou pour payer des projets pharaoniques et inutiles ; maintenant, en occident, pour acheter des armes de guerre, ou pour compenser des politiques fiscales désastreuses pour les moins nantis. Il s’ensuit un appel à examiner la légitimité des remboursements exigés des Etats par les banques.

Le débat sur la dette illicite ou non n’est évidemment pas tranché, mais les jurés ont unanimement souligné la capacité de cet ouvrage à modifier la perception du problème : le lecteur en ressort en ne regardant plus de la même manière les informations sur les déficits publics au journal télévisé du soir, et en n’écoutant plus avec la même oreille les cours de bourse…. « 

—-

Après plusieurs hésitations, le directeur de la foire, Jérôme Jamin (à droite du co-auteur Damien Millet ci-contre) a finalement décidé de remplacer le chèque Dexia par un chèque Fortis…

Le commentaires sont fermés.