Archive pour la catégorie ‘Entretien’

Le fédéralisme belge. Enjeux institutionnels, acteurs socio-politiques et opinions publiques

Samedi 18 mai 2013

Trois chercheurs belges, Régis Dandoy, Geoffroy Matagne et Caroline Van Wynsberghe viennent d’éditer Le fédéralisme belge. Enjeux institutionnels, acteurs socio-politiques et opinions publiques chez Academia-L’Harmattan. C’est l’occasion de leur poser trois questions.

1. Pourquoi avoir édité cet ouvrage ?

Nous sommes tous les trois chercheurs en science politique, mais également enseignants. Notre expérience nous a montré que, très souvent, les étudiants en science politique qui travaillent sur le fédéralisme en Belgique mobilisent des auteurs d’autres disciplines (droit, histoire, voire économie), mais très peu d’ouvrages politologiques. Nous souhaitions combler cette lacune, car les grands auteurs des études sur le fédéralisme en science politique gagnent à être mieux connus. Nous voulions également proposer une grille de lecture et d’analyse des décisions politiques dans le cadre des récentes réformes de l’État. Ce n’est certes pas un manuel, mais le premier public visé était celui des politologues (belges ou étrangers), des étudiants en science politique, et de toute personne informée et voulant comprendre les mécanismes politiques qui ont structuré notre système. Les crises politiques de 2007-2008 et de 2010-2011 ont, en effet, aiguisé la curiosité de nombreux citoyens qui souhaitent comprendre les causes de celles-ci et l’évolution politique et institutionnelle du pays. Lire le reste de cet article »

Démocratie et génocide

Mercredi 22 août 2012

L’ouvrage Gêneurs de survivants ! La question du génocide des Tutsi écrit par Dominique Célis entre en lice pour la deuxième édition du Prix de la Foire du livre politique. C’est une occasion de le découvrir en prenant connaissance d’un entretien accordé par l’auteur à la revue Aide-mémoire des Territoires de la mémoire.

L’entretien est disponible ici.

Quatrième de couverture

Pour des raisons différentes, les rescapés encombrent au Rwanda et dérangent en Belgique. Côté rwandais, le dispositif judiciaire inventé pour assumer le contentieux du génocide et réconcilier les Rwandais entre eux est d’une violence inouïe pour les survivants, même s’il est indéniable qu’il a permis de faire émerger des vérités et qu’il régule la cohabitation entre les tueurs et les victimes. Côté belge, malgré quatre procès en dix ans, notre pays continue d’abriter de présumés génocidaires. Lire le reste de cet article »

« L’extinction des Lumières »

Samedi 18 février 2012

L’idéal démocratique prôné par les philosophes des Lumières visait à libérer l’individu des chaînes qui pouvaient entraver son libre-arbitre et l’empêcher d’agir et de réfléchir en citoyen autonome, critique et responsable. Mais que reste-t-il de ce projet philosophique dans nos démocraties contemporaines ?

Dans son dernier ouvrage publié aux Territoires de la Mémoire, Olivier Starquit pose le constat inquiétant d’une dilution progressive des valeurs qui ont fondé nos sociétés démocratiques. Loin d’être le produit des circonstances, cette dilution s’inscrit, selon lui, dans une évolution de la pensée.

Lire l’entretien dans La Revue Aide-mémoire de janvier 2012.

Nos voeux pour 2012

Jeudi 5 janvier 2012

Toute l’équipe de la foire vous souhaite vivement une bonne année malgré tous les signes évidents et incontestables qui annoncent 2012 comme une année à haut risque sur le plan politique et institutionnel, mais surtout sur le plan économique et donc social, raison de plus pour s’intéresser à la chose publique!

Pour rappel, depuis 2008, la « foire du livre politique de Liège vise à réaliser une mise en réseau annuelle de tous les acteurs concernés par le secteur de la production, de l’édition, de la diffusion et de l’utilisation d’ouvrages, de magazines et de revues politiques.

Pour y parvenir, elle vise à promouvoir et à faciliter la circulation de la littérature politique en Belgique francophone, à diffuser une image positive et constructive de la politique (entendue dans un sens large) grâce à la mise en valeur de la production foisonnante dans ce domaine (ouvrages scientifiques, ouvrages d’investigation, manifestes politiques, revues spécialisées, etc.) ».

Jérôme Jamin (directeur) et Sabine Treckels (relation avec les exposants) vous retrouvent les samedi et dimanche 13 et 14 octobre 2012 pour la cinquième édition de la foire du livre politique.

« L’éthique de la dissidence » de Jean-Paul Marthoz

Lundi 11 juillet 2011

La Revue Aide-mémoire publie un entretien autour « de la morale et de la politique étrangère américaine » avec le journaliste et professeur de journalisme international Jean-Paul Marthoz

Julien Paulus : Votre dernier livre est sous-titré « Morale et politique étrangère aux Etats-Unis ». Peut-on réellement parler de morale lorsqu’on évoque la politique étrangère américaine ?

Jean-Paul Marthoz : Les États-Unis en tout cas s’en réclament. Avant même la guerre d’indépendance contre la Grande-Bretagne au XVIIIème siècle, les colons américains étaient persuadés qu’ils avaient été choisis par Dieu pour illuminer le monde. Cet exceptionnalisme, « ce sentiment, comme l’écrivait récemment Todd Gitlin, d’être le nouveau peuple élu », a introduit une dimension ou une prétention éthiques dans la politique internationale des États-Unis. Cette conviction a dominé le XIXème siècle, après la proclamation par le président Jefferson de l’idée du Destin manifeste, le corollaire de l’exceptionnalisme, qui donne pour mission aux États-Unis d’offrir leur civilisation, par définition bienfaisante, au reste du monde. C’est au nom de l’« éthique de la liberté » que les États-Unis conquièrent l’Ouest, qu’ils annexent les États du Nord du Mexique, qu’ils forcent la scission de Panama de la Colombie, qu’ils interviennent à Cuba. Au XXème siècle également, les interventions américaines dans les « petites guerres » d’Amérique centrale ou les conflagrations mondiales se feront sous les bannières de la morale, confondue avec la chrétienté et l’Occident. L’appui accordé à l’extrême droite guatémaltèque en 1954 pour renverser le gouvernement progressiste de Jacobo Arbenz aura en partie pour justification la lutte contre « le communisme athée », alors qu’il s’agissait avant tout de protéger les intérêts économiques de la United Fruit Company et d’éviter l’apparition dans l’arrière-cour des États-Unis d’un gouvernement plus indépendant, voire non aligné.

Lire la suite

Entretien : « Défense » et opinions publiques

Vendredi 13 mai 2011

André Dumoulin (Ulg et RMES) et Philippe Manigart viennent de publier chez Bruylant un ouvrage collectif intitulé Opinions publiques et Politique européenne de sécurité et de défense commune : acteurs, positions, évolutions.


Le Livre politique : A bien des égards, la défense est l’affaire de spécialistes et de techniciens et on serait surpris de trouver dans la population en Europe, et peut-être plus particulièrement en Belgique, l’un ou l’autre
citoyen capable d’expliquer comment et pourquoi la Belgique élabore une politique de défense spécifique. Le titre de votre ouvrage semble indiquer le contraire! Peut-on vraiment parler d’une opinion publique – instruite – sur ces matières?

André Dumoulin : En effet, la sécurité et la défense restent des domaines très spécialisés, souvent rébarbatifs, lointains, peu enthousiasmants pour le grand public. Généralement, l’implication de l’opinion apparaît lors de grandes crises ou lorsque celle-ci est directement visée au sens physique et psychologique de l’expression. De la même manière, l’examen de la presse écrite quotidienne qui, avec la télévision, façonne en grande partie l’opinion publique belge, indique une faible visibilité de cette politique sectorielle de l’Union européenne, à savoir la Politique européenne de sécurité et de défense commune (PSDC). Tout comme pour la matière « OTAN », la visibilité reste associée à l’actualité des missions et opérations extérieures.

Cependant, l’étude des eurobaromètres (une spécialité de la chaire de sociologie de l’Ecole royale militaire) montre que le citoyen européen est attaché à la défense européenne tout en considérant que les grandes priorités sont actuellement ailleurs. Ce qui est plus fondamental tient à l’importance que l’opinion publique acquiert dans l’évolution des engagements extérieurs et dans le soutien aux politiques de sécurité et de défense. Lire le reste de cet article »

L’Etoile de L’Est, de Christophe Collins

Jeudi 27 janvier 2011

La prostitution sera au cœur du débat, le 28 février prochain, lors du Café Politique. Dans le même temps, un auteur liégeois, Christophe Collins, publie son premier polar « L’Etoile de L’Est » qui met en scène un commissaire un peu particulier sur les traces d’un assassin amateur de « filles de joie ». Mais comme souvent dans les énigmes tissées au bord de Meuse, les apparences sont trompeuses.

Le Livre Politique : Vous pouvez nous donner le ‘pitch’ de votre roman ?

Ch. Collins : Un cadavre est retrouvé au pied d’un monument dédié aux combattants des deux guerres, pas loin de la Citadelle. Ce n’est pas un cadavre comme les autres. Il porte des traces de coups d’une rare sauvagerie, alors que son visage a été étrangement épargné. C’est pour cette raison que le Juge d’instruction chargé de l’affaire lance le commissaire Sam Chappelle (avec deux « p ») aux trousses de l’assassin.

Lire le reste de cet article »

« Reportages » et « Recto-verso »

Dimanche 23 mai 2010

Entretien avec Sébastien Boussois (Directeur des collections aux editions du Cygne à Paris)

François Delvaux : Quel est le type d’ouvrage que vous publiez dans votre collection et quel est le public visé?

Sébastien Boussois : Le monde d’aujourd’hui est plus complexe que du temps de la guerre froide, à l’échelle d’un pays, d’une région, d’une société, et la collection « Reportages » s’est fixé pour objectif de rendre clair et précis un sujet géopolitique en faisant appel aux plus grands spécialistes de la question. Lire le reste de cet article »

« Libres Ecrits »

Vendredi 21 mai 2010

Entretien avec Julien Paulus (Coordinateur du service Edition et Centre d’Etudes Les Territoires de la Mémoire)

François Delvaux : Quel est le type d’ouvrage publié dans cette nouvelle collection?

Julien Paulus : La collection « Libres Ecrits » est, après « Voix de la Mémoire », la seconde collection des éditions Territoires de la Mémoire. Elle vise à publier, dans un format de poche, des textes originaux liés aux thématiques traitées par les Territoires de la Mémoire : travail de mémoire, éducation à la citoyenneté, lutte contre les idées liberticides… Lire le reste de cet article »

Politique Revue de débats

Mercredi 19 mai 2010

Entretien avec Jérémie Detober (secrétaire de rédaction)

François Delvaux : Quel sera le thème du dossier prévu pour le numéro de juin?

Jérémie Detober : Le Thème du numéro de juin sera consacré au Congo, à l’occasion des 50 ans d’indépendance de l’ancienne colonie belge. Ce dossier, coordonné par Gratia Pungu, du collectif éditorial de la revue, abordera la question de la réconciliation problématique des mémoires issues de la situation coloniale, une question qui nous a semblé trop peu abordée dans l’opinion publique. Lire le reste de cet article »